Histoire du 5e groupe Grand Moulin

Avec plus de 60 ans d’histoire, le 5e groupe scout Grand Moulin de Deux-Montagnes est le plus ancien groupe du district des Laurentides (anciennement district de Saint-Jérôme). Les quatre premiers groupes ayants cessés d’exister.

C’est en septembre 1951, que M. André Denis fonde à Saint-Eustache-sur-le-lac, aujourd’hui Deux-Montagnes, le cinquième groupe scout Grand Moulin. A l’époque, les réunions se tenaient au sous-sol de l’église Saint-Agapit, sur le chemin d’Oka. La première promesse se fait en février 1952 et le premier camp scout eu lieu à Montpellier, dans la région de l’Outaouais.

Photo de 1951
1951

Petite histoire du scoutisme à la paroisse de Saint-Agapit

Depuis plusieurs années, la pensée de fonder une troupe scoute à Saint-Eustache-sur-le-Lac avait pris racine. Une expérience dans ce sens avait été tentée en 1950 … ce n’est cependant qu’en septembre 1951 que les premiers cadres d’une unité furent établis. C’est sous le haut patronage du principal de l’école Saint-Jude, monsieur J.-B. Létourneau, que s’est matérialisé le fait scout.

Les instigateurs furent le nouveau vicaire, l’abbé Donald Rheault, qui accepta avec son enthousiasme habituel l’idée naissante. Il fut appuyé par Gérard Baril et Adrien Dumas, qui se dévouaient déjà à l’enseignement des jeunes. La troupe Saint-Jude, qui est la 99e du diocèse de Montréal, venait de trouver de ce fait son premier chef. M. Baril, et son premier assistant. Parmi le groupe qui a contribué à la mise sur pied de cette nouvelle troupe, mentionnons messieurs Paul Larouche, Fernand Van Bockstaele, le docteur Noël Varin, Roger Beauchamp et Édouard Beauchemin.

Le 17 février 1952, deux patrouilles font leur première promesse.

Le premier camp date de l’été 1952 et quinze campeurs séjournent au lac Schryer avec le chef André Denis, l’aumônier Donald Rheault, les assistants Pierre Gagnon et Jean-Louis Lethiecq.

En 1954, au lac Tremblant, un campement de trois patrouilles se mérite le trophée d’honneur parmi plus de 100 troupes de Montréal.

En 1955-56, un trophée de camp du diocèse de Montréal est aussi mérité.

C’est en 1956 que deux scouts de la troupe Saint-Jude et deux Sea Scouts de Saint-Eustache-sur-le-Lac participèrent au jamboree mondial de Niagara Falls.

Parmi les chefs qui ont succédé, mentionnons Pierre Gagnon qui demeura à ce poste environ 6 ans, assisté de Jean-Guy Landry qui lui succéda pour une courte période. Pendant cette période, les troupes au nord de Montréal furent rattachées au diocèse de Saint-Jérôme, et la troupe devint la 5e troupe de ce diocèse. C’est sous Pierre Gagnon qu’un scout nommé Maurice Liboiron reçut à Québec, des mains du lieutenant gouverneur Onésime Gagnon, l’insigne d’honneur « Scout de la Reine », Cet honneur a été souligné de nouveau lors du rallye de Saint-Jérôme devant toutes les troupes du diocèse réunies.

Le chef Luc Baudouin se dévoua beaucoup pendant plusieurs années, avec le concours de l’abbé Clarence Léveillé agissant comme aumônier de la troupe. C’est durant cette période que les scouts perdent leur local dans l’incendie de l’église et ils s’hébergent dans une salle d’école. Ils ont l’heureuse opportunité d’hériter d’un « camp » exproprié par la ville. Les scouts de Saint-Eustache et Saint-Eustache-sur-le-Lac, accompagnés de leurs parents, s’occupent du déménagement et de l’aménagement du nouveau local. À la suite de cette collaboration, la troupe adopte le nom de « Troupe du Grand Saint-Eustache ». Le local est inauguré en novembre 1962 en présence du commissaire Pierre Gagnon et d’autres invités d’honneur. Il est béni par l’abbé Jean Ferron, aumônier provincial.

Le scout Jean Gaumont se mérite l’insigne d’honneur « Scout de la Reine» et se rend en Grèce pour participer au jamboree mondial. En préparation à son voyage, la troupe tient son camp d’été avec la Grèce pour thème: les points de mérite et de démérite sont payés avec des drachmes, et le dimanche la troupe reçoit les parents en servant un agneau complet rôti en méchoui, apprécié de tous.

En mars 1962, quatre scouts de la troupe, accompagnés de leur chef, campent sous la tente à Saint-Sauveur et se méritent l’insigne de l’Ours polaire. Le même mois, la troupe au complet fait campement dans une vieille maison de ferme à Saint-Sauveur.

Le 16 juin 1962 rappelle le 10e anniversaire de la fondation de la troupe. L’invité d’honneur était le Père Ambroise Lafortune. Les maires Luc Léveillé et Larry Cool participaient à cet événement mémorable au terrain des loisirs de Saint-Eustache. Un camp y était installé pour la fin de semaine, un pot au feu cuisiné et servi par les scouts a bien régalé les invités.

En 1964, une expédition inoubliable de 25 scouts remonta la rivière des Outaouais de Deux-Montagnes à Ottawa, en chaloupes à moteur. Le voyage avait été préparé par des exercices de sécurité aquatique sur le lac des Deux Montagnes dans les semaines précédentes. Au départ, une messe a été célébrée au bord de l’eau par l’abbé Léveillé. Toutes les nuits ont été passées à la belle étoile sur les berges de la rivière, sauf à Ottawa où la pluie s’était mise à tomber. Une troupe d’Ottawa les accueillit dans son local.

À cette époque, à cause de son grand nombre d’activités, la troupe a dû établir une liste d’attente de jeunes qui voulaient en faire partie, l’offre ne pouvant satisfaire à la demande. En novembre 1963 eut lieu une cérémonie de montée des louveteaux venant des meutes anglophones vers les troupes scoutes de la région, dont la troupe du « Grand Saint-Eustache » qui reçut trois nouvelles recrues.

D’autres, comme messieurs Meilleur, Lamarche et Venne, ont aussi assumé des fonctions de chef et se sont bien dévoués pour les scouts, avec l’aide d’un comité de parents.

Luc Baudouin


Photo de 1961
1961
Fichier Adobe PDF Découvrez la vie au camp des éclaireurs en 1961

En 2001, un nouveau badge du groupe a été créé lors d’un concours parmi les jeunes de toutes les unités du groupe et le gagnant fût le louveteau Étienne Gagnon:
Logo du 5e groupe
Badge (logo) du 5e groupe
  • Le soleil jaune représente la couleur des castors
  • Les montagnes vertes représentent la couleur des louveteaux et font références à la ville de Deux-Montagnes
  • Le ciel bleu représente la couleur des éclaireurs
  • La croix scoute rouge représente la couleur des pionniers et fait référence au scoutisme